Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Festiventu : le souffle de la liberté !

    Avec Festiventu à Calvi, relaté par Corse Matin, l'écologie a vraiment trouvé son domaine de prédilection : le vent. En brassant de l'air, nul doute que les participants s'y sentiront chez eux, libres comme la brise, dans un univers de plus en plus contrôlé par l'écologie.

    Même si les écolo-pleurnicheurs ont de plus en plus de mal, entre deux reniflements, à passer pour des victimes, le Festiventu permet tout de même de faire résonner quelques thèmes si chers aux marchands de soupirs :

    • l'injonction personnelle fumeuse mais ciblée ("Jette pas ton mégot, devient un héros." Authentique !),
    • l'institutionnalisation du néant ("le statut d'écocitoyen"),
    • la festi-proximité de l'éco-ventitude ("Trouver comment améliorer la vie et le sort de la planète, produire des richesses sans détruire le vivant et s'orienter vers un tourisme durable."),
    • la propagande à destination des plus petits et des plus grands ("jeux de 5 à 90 ans basés sur l'écologie")
    • et bien sûr la nouvelle religiosité animale, un héritage de l'écologie profonde, entre les empreintes d'animaux dans la glaise, la fourmi géante et le Dr Octopus. Rien que de très classique pour toutes ces petites victimes.

    On espère beaucoup de liberté aux participants de cette joyeuse manifestation qui est au sens critique ce que le suicide est à une blanquette de veau à l'ancienne. Une négation sans recours.

  • LINKY : Flicage et écologie

    Vous souvenez-vous de mon passage à la caisse d'un magasin de sport ?

    Aujourd'hui, l'écologie revient en force dans l'actualité avec le nouveau compteur Linky supposé "intelligent" par les médias. Inquiétant, non ?

    J'avais déjà publié un article à ce sujet.

    En fait, il s'agit d'abord de supprimer des postes : le compteur doit envoyer lui-même la valeur de l'index de consommation par des moyens télématiques.

    Il s'agit aussi, pour ERDF, de gagner de l'argent : les services liés au surplus d'information recueilli sur le dos du consommateur, en particulier des informations privées, seront payants.

    Evidemment, l'argument écolo plane sur les débats : le suivi des consommations aurait pour but d'optimiser le fonctionnement des centrales électriques. Il suffit de se souvenir de l'origine de l'écologie et de son institutionnalisation pour comprendre que ce genre de coup ne se fait pas au profit du bon peuple.

    En réalité, comme l'avait déjà indiqué Alain Bazot de l'association UFC Que choisir? l'an passé, le véritable gagnant de cette opération à marche forcée est le propriétaire du réseau, pressé comme toujours de calmer ses actionnaires. Comme l'association de consommateurs le répète : « Les vrais bénéficiaires du déploiement de 35 millions de compteurs communicants seront donc le gestionnaire de réseau qui verra notamment diminuer ses coûts de relève des compteurs, et les fournisseurs d’électricité qui pourront multiplier les offres tarifaires et taxer au prix fort le moindre dépassement. » Alain Bazot oublie juste les banquiers, toujours en bout de chaîne...

    Car ici encore, l'argumentaire écolo sert à justifier le flicage de votre consommation : toutes les fantaisies tarifaires vont devenir possibles, décuplées par la libéralisation du prix de l'énergie et la multiplication des offres. 

    Après le harcèlement généralisé des automobilistes en ville, le bourrage de crâne malthusien à la télévision, la taxe-carbone, la taxe sur le recyclage, le casino des droits à polluer entériné à Copenhague et sa pompeuse rhétorique anti-industrielle, voici le nouveau flicage sur la consommation d'énergie : Tu taxes un max ? C'est bon pour la planète !

     


  • Grève des PV à Grenoble

    Les personnels de la mairie chargés de faire appliquer l'augmentation des tarifs des amendes pour stationnement abusif des véhicules sont en grève.

    On découvre tout à coup qu'il ne suffit pas de voter une augmentation de presque 50% du montant d'une amende pour que ça se fasse: l'automobiliste, harcelé par l'hystérie anti-voiture qui préside aux aménagements écolos des centre-villes, commence à en avoir ras le volant d'être toujours pris pour la vache à lait des pourvoyeurs de bons sentiments. Au pays des Teletubbies, où tout n'est que rire et jeux au milieu des petits lapins et des pâquerettes, l'ouvrier, l'ouvrière, le père de famille, la mère de famille n'ont pas leur place. Le Roi du Monde, c'est le bobo à vélib'.

    Donc les grévistes se plaignent surtout des insultes, voire des menaces dont ils font l'objet et découvrent que l'impôt qu'ils font payer sans contrepartie n'est pas populaire. C'est précisément le moment de se rendre compte que sans eux, tout va mieux.

    Eh, oui ! Personnels chargés de verbaliser les automobilistes sur la voie publique, vous ne servez à rien d'autre qu'à prendre de l'argent aux gens ! L'ordre public va-t-il être menacé parce que vous n'êtes pas là ? Vous avez tout à fait raison : il est temps de rester chez vous et de chercher un autre métier.