Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Bonnes fêtes à tous...

    Profitons bien de ces quelques jours de fêtes.
    Profitons-en sans arrière pensée écolo : oublions le plus longtemps possible les empreintes carbone à tout faire, les fariboles à effet de serre, les recyclages ésotériques et autres calembredaines durables...

    Ne nous laissons plus culpabiliser, mettre en chiffres, ficher pour la planète !

    Roulons en voiture pour retrouver ceux que nous aimons car c'est, de très loin, le véhicule le plus pratique, le plus fiable, le plus économique. De toutes les façons, aucun de ces conseilleurs ne prend les transports en commun, si ce n'est l'avion pour Acapulco. Pestons généreusement contre tous ces empêcheurs, ces arquinches, ces pisse-froid radoteurs que sont les écolos. Prenons-les pour cible de nos piques inspirées, de nos saillies, de notre libre-arbitre, ces pauvres guignols planétaires !

    A 2012, les écolos. Vous en prendrez pour votre grade.

    C'est mon voeux pour l'année prochaine. D'ici là :

    PRO-FI-TONS !

  • Ecologie et tripatouillages : on continue avec la "frugalité joyeuse"...

    L'Alliance écologiste indépendante... Il y a "Alliance" qui signifie que, contrairement au Modem, les réunions ne se tiennent pas dans une cabine téléphonique. Et puis, "indépendante" achève de donner la caution morale attendue de ceux qui sont atteints par la sainteté écologiste.

    Alors quand un sondage IFOP commandé par cette officine annonce que Corine Lepage, leader charismatique du droit des palourdes, est plus crédible qu'Eva Joly pour défendre l'écologie, on approche le cataclysme.

    En deux clics, on lève pourtant le voile de ces brouillards annonciateurs d'élections importantes : l'Alliance écolo... etc. est juste la petite boutique de Jean-Marc Governatori, ancien chef d'entreprise venu à la politique par les divers-droites et les buralistes alsaciens. C'était l'époque de "La France d'en bas". Depuis, il y a eu "La France en action" puis l'association avec Génération Ecologie, où Corinne Lepage a fait un passage entre 1989 et 1995, et Antoine Waechter, nettement à droite.

    Le sondage en question pose alors problème à plus d'un titre.

    Pourquoi, quand on est candidat putatif à l'élection présidentielle, commander un sondage opposant une tierce personne à son propre rival sur la niche écologiste ? Comment est-il alors possible que le résultat de ce sondage donne Corine Lepage en tête alors qu'elle recueille 5 à 10 fois moins d'intentions de vote au premier tour de l'élection présidentielle, comme en témoigne ce tableau issu de différents sondages, y compris certains faits par l'IFOP ?

    M. Governatori se propose de reconnaître de plein droit les oxymores que sont les médecines parallèles et les enseignements alternatifs (Steiner, Montessori) , tout en se serrant joyeusement la ceinture (la "frugalité joyeuse"), comme il l'explique à TVSud. C'est donc probablement à son goût pour la pensée magique qu'il doit ces résultats curieux et ambigus.

     

  • Marine Le Pen et Age Magic : rien que de logique !

    Entre la fille de Jean-Marie Le Pen et l'écologie, c'est une alliance naturelle qui s'opère dans le cadre de la campagne électorale pour la Présidence de la République Française. A cette occasion, elle en a profité pour visiter l'exposition Age Magic dont le seul nom, moitié français moitié anglais, est une atteinte à la cohérence mentale.

    Lequel de ces deux mots est l'adjectif qualificatif. Si c'est de l'anglais, Age magic se traduit par "La magie de l'époque" ce qui résonne étrangement optimiste pour une expo écolo. Ce doit être une erreur.

    Si c'est du français, ce n'est pas du français. C'est néanmoins l'occasion de s'interroger sur "l'empreinte néfaste" de Marine Le Pen "sur la Terre" comme le propose cette pige publicitaire du site eVous.fr. D'ailleurs, en lisant les différents commentaires sur ce site, on se dit que ce nom n'est pas la seule atteinte à la cohérence mentale.

    Si on passe sur toutes les considérations sur le concept de pureté qui constitue le coeur des idéologies lepéniste et écologiste et sur lequel je me suis déjà exprimé, on peut s'attarder sur les propos de la candidate d'extrême droite tels qu'ils ont été rapportés hier soir par Reuters. Là, elle joue sur du velours. Inutile de tordre le bras momifié d'Arne Naess ou celui, plus en muscle, de José Bové pour coller au discours écolo : les phrases sont toutes faites, repiquées telles quelles dans le Petit Livre Vert.

    Evidemment, la "vraie écologie", c'est plus facile à définir quand on n'est pas au pouvoir. Marine Le Pen dit "Nous sommes les défenseurs du patrimoine, et par conséquent la nécessité de prendre conscience que la faune, la flore, notre planète (sont) un patrimoine que nous devons transmettre à nos enfants (...) nous apparaît comme absolument essentielle". NKM ou Eva Joly ne dit pas autre chose, et ce ne sont pourtant pas des fadaises façon langue de bois. C'est un véritable programme politique condensé en une seule phrase. Elle parle, elle aussi, d'"équilibre de la planète" et fustige, elle aussi, la "société consumériste".

    Seule différence : les écolos canal historique sont qualifiés de "mondialistes". A priori, on ne comprend pas bien ce que vient faire ce qu'elle veut prendre pour une insulte. Il faut comprendre le mot "cosmopolites" à la place. Et "cosmopolite" fait directement allusion au vocabulaire antisémite des années 40. A cette époque, "sale cosmopolite" signifiait "sale juif". Aurons-nous bientôt "sale mondialiste" ?

    Donc l'écologie de Marine Le Pen, c'est l'idéologie que chacun connaît hélas très bien à laquelle on ajoute l'antisémitisme. Tout pour plaire, non ?