Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Enfin une bonne nouvelle ! Le ministère de l'écologie est mort !

    Ce n'est pas moi qui le dit mais un blogueur de Mediapart nommé Gavroche. Je n'ai pas envie de le contredire même si le ton général est plutôt défaitiste et apocalyptique, comme d'habitude. De quoi parle ce malheureux ?

    Du loup !

    Il paraît que plus personne ne défend le loup en France. Quel dommage !

    loup,aspas,groupe national loup,ministère de l'écologieSi on suit le raison-nement de notre illuminé des canines, le ministère de l'écologie n'existe plus depuis que le conseil chargé d'examiner l'implantation du loup en France, le Groupe National Loup (il paraît que c'est du français...), a été mis en place. Ce groupe de spécialistes comprend des personnes qui parlent de régulation. Il s'agit de prendre en compte les nuisances causées par cet animal. Que de "violences dans nos montagnes" !

    Si le GNL prend en compte les revendications des agriculteurs, c'est la fin du loup, son "éradication". Oui, et alors ? Comment faisions-nous depuis le 19e siècle, sans loup ? La forêt, les espaces sauvages en France étaient en danger, c'est certain ! Et par voie de conséquence, sacro-sainte biodiversité oblige, nous étions en danger aussi ! Sans elle, nous ne risquons pas de retrouver notre "état de naturalité le plus authentique"...

    Voilà ! C'est ça ! Avant, quand le loup n'était plus là, nous étions en danger !

    Par contre, dans les commentaires de cet article plutôt comique, Ivan Villa a retrouvé son "état de connerie le plus authentique". Je vous le conseille.

    En réalité, c'est que l'ASPAS, une association de protection des animaux sauvages, ne fait pas partie de cette commission : c'est pourquoi le Ministère de l'Ecologie n'existe plus. L'ASPAS est indispensable au Ministère pour qu'il soit un ministère !

    Ah ?

    C'est tout ?

    Zut ! C'était une fausse bonne nouvelle ! En fait, Gavroche a retrouvé son "état de frustation le plus authentique" et tous ses copains avec lui. Les pauvres !

     

  • Filière éolienne : la grande illusion

    C'est l'agence européenne du lobby éolien (EWEA) qui l'affirme : l'Europe aurait atteint la capacité de production de 100GW. Bien sûr, comme c'est un chiffre publié par l'Empire du Bien, on ne peut que se réjouir. En l'occurence, la béatitude vient du site notre-planète-info.fr, un modèle du genre. Esprit critique s'abstenir.

    éolien, éolienne, EWEACe que compte l'EWEA, c'est la capacité de production. Ce ne sont pas des GWh mais des GW ! Ce qui donnerait une production annuelle possible de 100 x 365 x 24  soit 876000 GWh ce qui représenterait 4,6% de la production mondiale ! Donc la production d'électricité éolienne est significative. Bravo.

    Mais il y a un loup... une arnaque... un petit mensonge par omission...

    Les 57 millions de foyers que l'EWEA prétend pouvoir alimenter ne le seront que s'il y a du vent, quoiqu'on en dise. En d'autres termes, cette "capacité de production" est un miroir aux alouettes : elle reflète mal la production réelle, plus difficile à évaluer. Et c'est là que se situe l'arnaque.

    Un exemple avec le site suivi-eolien.com : il est censé indiquer la PRODUCTION d'électricité d'origine éolienne alors qu'il n'indique que la capacité installée. Ce site indique, département par département, localité par localité, la "production" en France. C'est un pur mensonge. Une étude de 2004 citée par le site béatifié Planète éolienne indique que la quantité d'électricité réelle produite par 10000MW installé correspond à 2860MW réels. Sur Wikipédia, pourtant très noyauté par les écolos et la bienpensance consensuelle, on trouve même que le facteur de charge, c'est à dire le rapport entre l'énergie réellement produite et la capacité nominale, est autour de 20%, c'est à dire un CINQUIEME de la capacité nominale.

    La puissance totale installée en France, 7125MW, ne peut donc donner bon an mal an qu'un cinquième de cette valeur soit 1400MW environ, la puissance d'un seul réacteur nucléaire.

    De la même façon, les homélies de Saint Christian Kjaer, directeur de l'EWEA, une ONG qui n'est qu'une instance de lobbying en faveur d'industriels du secteur, sonnent un peu creux et les chiffres sont totalement pipeautés : une personne en Europe consomme en moyenne 29000kWh d'après l'Agence de l'Energie. D'après l'EWEA, qui fabrique ses chiffres elle-même comme l'ONU, une éolienne off-shore est capable de produire 24785MWh par an. J'en déduit qu'une éolienne permet de produire l'énergie annuelle de 852 personnes. Ce chiffre serait valable si les gens ne consommait que de l'électricité mais elle ne représente que 20% de ce que consomment les Européens. Cette production suffirait donc, en moyenne à 5 fois plus de personnes, soit environ 4300 personnes.

    L'EWEA estime ce chiffre à 6334 foyers !

    La première victime de l'énergie éolienne, ce n'est ni la faune avicole ni la filière nucléaire. La première victime de l'énergie éolienne, c'est la vérité.

  • Etudes sur les OGM : beaucoup de bruit pour cacher le trouble...

    Un raffut énorme est soulevé actuellement sur l'étude du Pr Séralini concernant l'ingestion de maïs Monsanto par des rats de laboratoire.

    Je ne discuterai pas les manques supposés du protocole appliqué pour obtenir des rats truffés de tumeurs cancéreuses. Certains scientifiques disent que trois mois suffisent pour faire apparaître les effets toxicologiques d'un produit tandis que d'autres estiment que c'est nettement insuffisant quand les doses mises en jeu restent faibles.

    J'aurais envie de donner plutôt raison aux seconds. Mon exposition à leurs saloperies risque en effet de durer plus de trois mois....

    monsanto,seralini,mon810Dans le rapport de l'EFSA sur le MON810, par exemple, un détail me fait sursauter : "From the data submitted by the applicant in its 2010 MON 810 report, the EFSA GMO Panel did not identify adverse effects on the environment or human and animal health due to maize MON 810 cultivation during the 2010 growing season." Vous avez bien lu : "From the data submitted by the applicant..."

    En d'autres termes, les données destinées à permettre à l'EFSA d'evaluer la toxicité du MON810 ont été fournies à l'autorité européenne par Monsanto lui même. Ça, c'est de la science !