Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • L'Assiette de nos enfants à nouveau prise en otage

    C'est reparti pour les guéguerres de religion, comme seuls savent en allumer les politiciens français ! Un coup de mou dans la carrière politique et hop ! une petite polémique inutile et nous revoilà en selle !

    Cette fois-ci, on se tourne une fois de plus vers l'assiette de nos enfants. Après les programmes scolaires supposés genristes et avant la grande volée de bois vert que s'apprête à recevoir la ministre de l'éducation nationale, un ancien ministre vient de lancer une pétition pour l'obligation d'un menu végétarien dans les cantines scolaires.

    Faisant assaut de bons sentiments, et pour contrecarrer un maire d'extrême-droite qui a supprimé les menus sans porc de ses cantines, Yves Jégo fait cette proposition faussement naïve.

    Le végétarisme n'est pas le plus neutre des régimes alimentaires. Il est, lui aussi, restreint pour raisons religieuses. Ici, la religion qui ne dit pas son nom, c'est l'écologie, ou plutôt ce salmigondi idéologique très en vogue qu'on a appelé, à une certaine époque, New Age. Il ne s'agit pas de mettre tout le monde d'accord : il s'agit de combler le vide causé par la faiblesse de la République actuellement. Ce n'est pas un effet de bonté : c'est un putsch.

    Les menus sans porc dans les cantines scolaires existent depuis des décennies. En faisant assaut de clientélisme, sous couvert de bons sentiments, nos politiciens se discréditent chaque fois un peu plus : au lieu de voir l'assiette des mômes prise en otage, les familles se demandent combien de temps ils vont encore pouvoir payer la cantine à leurs enfants, en particulier dans les mairies de droite et d'extrême-droite qui n'appliquent pas le quotient familial.

  • Earth Overshoot Day : la fête à Malthus

    Malthusiens de tous pays ! Unissez-vous derrière le Earth Overshoot Day !

     

    Ce lugubre anglicisme cache la nouvelle manip' inventée par les malthusiens pour nous faire regretter d'être nés sur Terre : c'est censé être le jour où nous avons fini de consommer les ressources que la planète est capable de produire en une année.

    Le média bobo Médiapart en fait des tonnes dans la moralisation à outrance de ce non-événement. Celui qui n'est pas écolo bon teint s'accroche aux "chimères du vieux monde" et pour le triste Benjamin Joyeux, auteur de ce pauvre manifeste anti-humain, "l'humanité vit à crédit sur le dos de la planète". CQFD. C'est un discours autogène : on fabrique un indicateur dans un but précis et on l'exhibe comme une preuve de ce que l'on souhaite démontrer ! La science, mise à la sauce écolo, sert juste d'alibi politique pour un coup d'état qui ne dit pas son nom.

    Car il faut que le FMI s'en même ! L'ONU en décembre n'y suffit déjà plus ! Qu'on fasse donner la troupe pour mettre bon ordre à ce bordel autoproclamé.

    Quel est l'ennemi ?

    Toi ! Toi, malheureux lecteur. Toi qui consommes, qui conduit une voiture, qui mange et qui respire. Il faut arrêter cela tout de suite car cette prétendue "dette envers la planète" est déclarée "honteuse" par les grands prêtres de la morale New Age. Et on y va de la solidarité, des catastrophes naturelles, des attermoiements de la finance mondiale ! Tout y passe ! Cul par dessus tête, on mélange tout ! on amalgame !

    Une bouillie pour les ânes ! Voilà la nouvelle idéologie ! Et on n'espère qu'une chose : que l'auteur de cette diarrhée fasse lui-même la preuve de sa solidarité, de sa conscience, de sa cohérence idéologique et QU'IL SE TAISE.

    Merci.