Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'Europe ! L'Europe ! L'Europe !

  • Migrants : écologie sociale, écologie ethnique

    L'évacuation de la jungle de Calais est nécessaire pour mille raisons. Mais l'on observe avec amertume à quel point le Royaume uni exerce sa fascination sur les populations de migrants. Certes, ces malheureux parlent surtout l'Anglais puisqu'ils sont en majorité issus de territoires qui étaient d'anciennes colonies anglaises.

    Lire la suite

  • Penurie d'essence : un conflit difficile a justifier

    Un conflit est toujours la conjonction d'intérêts concurrents. Une crise ne suppose ni morale ni limite.

    On peut, comme les medias aux ordres, s'appitoyer a l'envi sur le sort des malheureux automobilistes qui ne pourront pas aller travailler demain. Leur stress social, comme une sorte de masochisme, est déjà largement causé par la situation dominante du patronat et des banquiers, le chantage au chômage, aux bas salaires, mais ne suscite pourtant de leur part qu'une colère modérée.

    Lire la suite

  • Scandale Volkswagen : la responsabilité des écologistes

    Le scandale Volkswagen qui touche actuellement le grand constructeur automobile, mais aussi plus généralement l'ensemble des constructeurs européens, est avant tout un scandale systémique.

    Toutes ces grandes entreprises ont massivement triché pour camoufler les performances réelles de leurs moteurs, en terme de pollution atmosphériques, pour pouvoir prétendre à une qualification qu'elles ne méritaient pas. Beaucoup d'éléments vitaux pour une entreprise découlent de ces mesures : des aides financières, une politique marketing, une image verte à souhait, etc.

    En vérité, beaucoup trop d'éléments découlent de ces fragiles mesures.

    Toute la chaîne décisionnaire de grandes entreprises s'est vue pressurée à tel point par la mode du green washing, mais aussi par le besoin de définir une ligne marketing suffisamment tendance ou par le marché carbone et la menace fiscale sur les propriétaires de véhicules, que la décision de truquer ces mesures s'est faite tout naturellement.

    Au lieu de montrer du doigt les responsables de cette mode infâme, on préfère culpabiliser les constructeurs automobiles, une fois de plus, ainsi que leurs clients. Ainsi sont fait les médias. A la solde de l'écologie.