Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

éolien

  • Ecologie : une secte nihiliste

    Je lisais un article sur le projet d'île artificielle en Belgique. Ce sont les mangeurs de tofu bio du Monde qui nous l'apprennent. L'idée est intéressante : il s'agit de stocker l'énergie éolienne sous la forme d'un puits. Quand il y a trop d'énergie, on pompe l'eau vers l'extérieur du puits. Quand il en manque, on produit l'électricité de façon hydroélectrique en faisant revenir l'eau vers l'intérieur du puits. On transfère l'énergie électrique en énergie potentielle.

    Doel, nucléaire, éolien, stockagePourquoi pas. Vous savez ce que je pense de l'énergie éolienne en général, et des sources d'énergie à la con. Mais bon, pourquoi pas.

    Cette installation est censée remplacer la centrale de Doel qui fait 3GW.

    La Belgique pense que cette installation permettra de réguler 2,3GW d'ici 2020. Evidemment ça ne fait pas le compte.

    De la meme façon, l'article nous apprend qu'une île un peu moins gigantesque est à l'étude au Danemark pour produire l'équivalent d'une journée d'électricité pour la ville de Copenhague. Il ne reste plus que 364 autres îles de 3,3km² à réaliser pour que le compte y soit... rien que pour la ville de Copenhague !

    Le compte y est d'autant moins que l'éolien ne produit qu'un tiers de sa puissance nominale quand il est installé en mer.

    Pour cette magnifique installation de 2,5km de diamètre située à 10km des côtes et faisant 10m de haut, aucun risque de défigurer le paysage !

    Le pompon, c'est la pigiste de l'organe boboïste qui nous le livre sans s'en rendre compte : "Reste la question du bilan carbone de tels projets, la pollution occasionnée par la construction et la mise en fonctionnement des îles pouvant surpasser, du moins à court terme, l'intérêt environnemental de produire une énergie renouvelable." Hallucinant, non ? En d'autres termes, et comme à leur habitude, les écolos, par la voix de leur porte parole, mettent face à face des réalités sans rapport les unes avec les autres. Vous avez bien lu : les écologistes pourraient eux-mêmes s'opposer à la réalisation de l'île, mettant en balance une installation nucléaire, qui de toutes façons a fait son temps, et les procédés industriels complexes et parfois risqués qu'elle suppose, avec une île certes coûteuse à fabriquer mais ne nécessitant aucun combustible ni beaucoup d'entretien. Même si le dispositif suppose une diète insupportable en terme d'économie d'énergie.

    C'est une illustration du nihilisme écologiste : ce à quoi ils s'opposent, c'est simplement l'existence d'une source d'énergie. Le Paradis écologiste est un désert glacé où l'être humain n'a pas sa place. Une secte nihiliste, quoi !

  • Filière éolienne : la grande illusion

    C'est l'agence européenne du lobby éolien (EWEA) qui l'affirme : l'Europe aurait atteint la capacité de production de 100GW. Bien sûr, comme c'est un chiffre publié par l'Empire du Bien, on ne peut que se réjouir. En l'occurence, la béatitude vient du site notre-planète-info.fr, un modèle du genre. Esprit critique s'abstenir.

    éolien, éolienne, EWEACe que compte l'EWEA, c'est la capacité de production. Ce ne sont pas des GWh mais des GW ! Ce qui donnerait une production annuelle possible de 100 x 365 x 24  soit 876000 GWh ce qui représenterait 4,6% de la production mondiale ! Donc la production d'électricité éolienne est significative. Bravo.

    Mais il y a un loup... une arnaque... un petit mensonge par omission...

    Les 57 millions de foyers que l'EWEA prétend pouvoir alimenter ne le seront que s'il y a du vent, quoiqu'on en dise. En d'autres termes, cette "capacité de production" est un miroir aux alouettes : elle reflète mal la production réelle, plus difficile à évaluer. Et c'est là que se situe l'arnaque.

    Un exemple avec le site suivi-eolien.com : il est censé indiquer la PRODUCTION d'électricité d'origine éolienne alors qu'il n'indique que la capacité installée. Ce site indique, département par département, localité par localité, la "production" en France. C'est un pur mensonge. Une étude de 2004 citée par le site béatifié Planète éolienne indique que la quantité d'électricité réelle produite par 10000MW installé correspond à 2860MW réels. Sur Wikipédia, pourtant très noyauté par les écolos et la bienpensance consensuelle, on trouve même que le facteur de charge, c'est à dire le rapport entre l'énergie réellement produite et la capacité nominale, est autour de 20%, c'est à dire un CINQUIEME de la capacité nominale.

    La puissance totale installée en France, 7125MW, ne peut donc donner bon an mal an qu'un cinquième de cette valeur soit 1400MW environ, la puissance d'un seul réacteur nucléaire.

    De la même façon, les homélies de Saint Christian Kjaer, directeur de l'EWEA, une ONG qui n'est qu'une instance de lobbying en faveur d'industriels du secteur, sonnent un peu creux et les chiffres sont totalement pipeautés : une personne en Europe consomme en moyenne 29000kWh d'après l'Agence de l'Energie. D'après l'EWEA, qui fabrique ses chiffres elle-même comme l'ONU, une éolienne off-shore est capable de produire 24785MWh par an. J'en déduit qu'une éolienne permet de produire l'énergie annuelle de 852 personnes. Ce chiffre serait valable si les gens ne consommait que de l'électricité mais elle ne représente que 20% de ce que consomment les Européens. Cette production suffirait donc, en moyenne à 5 fois plus de personnes, soit environ 4300 personnes.

    L'EWEA estime ce chiffre à 6334 foyers !

    La première victime de l'énergie éolienne, ce n'est ni la faune avicole ni la filière nucléaire. La première victime de l'énergie éolienne, c'est la vérité.

  • Eoliennes au Danemark : le supplice des pales

    Le Danemark n'a aucune ressources hydroélectrique ou nucléaire. Alors la production électrique est essentiellement constituée par des centrales au charbon et de l'éolien.

    Aujourd'hui, paraît-il, 20% de l'énergie danoise est produite grâce au vent.

    La conséquence de cela est que paysages danois sont systématiquement défigurés par ces grands moulins blancs, en particulier sur la côte ouest.