Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

benoit xvi

  • Symptômes d'épuisement

    Au delà de l'image d'épuisement que laissera ce Pape courageux mais pas téméraire, c'est l'image d'un système épuisé que nous laisse le Vatican. La fameuse réforme de la Curie romaine, c'est à dire de l'appareil de l'Etat du Vatican, n'a pas été entreprise ou si peu par Benoît XVI et les scandales comme cette histoire d'espionnage n'ont pas vraiment été réglés dans le fond.

    Benoit XVI, écologie, religion, fraude, Du point de vue des bons sentiments, on peut dire que le Vatican a été plutôt clair et engagé, en signifiant très clairement et à plusieurs reprises son opposition à des doctrines écolos qui mettraient au second plan la nature humaine de la civilisation. Le Vatican voit en effet d'un mauvais oeil l'éclosion de ces paganismes néo-druidiques aussi naïfs qu'efficaces, inventés à l'intention d'un public crédule, désorienté et néo-millénariste.

    La nouvelle "révélation" écologiste (le mot apocalypse signifie littéralement révélation) cache en effet, derrière ses bons sentiments, un message qui prend tous les aspects d'un évangile. Un récit à la fois métaphorique et présenté comme réel (le récit du réchauffement planétaire par exemple) vient à l'appui d'une morale sourcilleuse destinée à régir nos quotidiens, des plus petits gestes (C'est bon pour la planète !) aux plus graves décisions, comme la politique anti-industrielle des états européens orchestrée par le marché des droits à polluer.

    La démission du Pape n'est pas une bonne nouvelle de ce point de vue : la vague de bons sentiments sur laquelle surfent les puissants aujourd'hui fait craindre que le prochain élu soit plus sensible aux idéaux mortifères du New Age et tente, une fois de plus, le syncrétisme.