Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

bidonville

  • Constructions bois : la mode du pisseux

    A côté de chez moi, les voisins ont entrepris de faire construire une extension. Ils se sont adressés à un architecte du quartier "que rigoureusement ma mère m'a défendu d'nommer ici." Ce bricolo les a convaincus qu'une architecture bois dite "à ossature poteau-poutre" était la solution à leur problème : ils n'avaient que l'espace d'un garage à occuper, ce que les urbanistes festivistes appellent une "dent creuse". Ils ont donc fait construire leur extension.

    architecture bois,bidonville,architecture,dent creuseMais l'architecte a conçu son affaire d'une façon très curieuse : il n'a pas construit de mur.

    Vous avez bien lu, cher fidèle visiteur du blog d'Erasmus. Il n'y a pas de mur et l'isolant du salon de ces gens s'appuie directement sur notre mur, celui qui est situé sur notre parcelle. Ce n'est pas un mur mitoyen, il n'y a pas d'ancrage mais il n'y a pas de structure étanche qui rende la maison autonome si jamais la nôtre venait à disparaître.

    L'argumentaire de ces parasites et de leur architecte véreux est le suivant : c'est à l'intérieur de notre parcelle et on fait ce qu'on veut.

    Désormais, nous avons, à côté de notre maison, une bâtisse recouverte de bois.

    Je ne sais pas si vous avez remarqué mais en France, ce type d'extension n'est quasiment jamais peinte. Au bout de quelques années, l'ensemble prend un ton pisseux du plus vilain effet et la "dent creuse" finit par ressembler à une dent cariée !

    Ces constructions bois sont réputées moins cher. En fait, ce n'est pas toujours vrai car les entrepreneurs profitent de la rareté des spécialistes pour faire des marges confortables en arguant de la qualité "écologique" (nous y voilà !) du bâti. Il n'en faut pas plus pour créer une mode. La mode du pisseux.

    Vous qui vous apprêtez à faire construire en bois, motivés par votre architecte et ses copains maçons, pensez-y à deux fois et dites-vous bien que dans dix ans, votre magnifique façade "ton miel" originelle aura pris les nuances délicieuses d'un bidonville de Manaus.

    Un ton pisseux.