Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

blue market

  • Un baromètre pour le mensonge

    A quand un crime de négation du réchauffement climatique dans notre Code Pénal ?

    En tous cas, un magnifique baromètre donne le pourcentage de Français intoxiqués par la propagande actuelle sur le réchauffement planétaire. A moins qu'il ne s'agisse du dérèglement climatique. On ne sait plus très bien. L'essentiel reste tout de même de culpabiliser le bon peuple et de le faire douter de l'utilité de sa propre existence.

    Science et Avenir Nature nous apprend ainsi que 35% de nos concitoyens résistent encore aux innombrables sources de conviction qui les entourent et persistent à penser qu'il conviendrait, avant toutes ces campagnes anxiogènes et apocalyptiques, de vérifier les données, de corroborer les hypothèses, de confronter les points de vue dans un contexte scientifique indépendant, en un mot de faire de la science. De la vraie.

    Données caviardées, colloques gigantesques où les rapports finaux sont rédigés et modifiés par des non-scientifiques sans aucun contrôle, négociations sur des bouts de phrases, les rapports du GIEC, le Groupe International d'Escroquerie Climatique, n'ont presque rien de scientifique. Pourtant, ils servent à prendre des décisions politiques graves. Ils justifient des mesures au niveau local qui empoisonnent parfois le quotidien de nos concitoyens. Ils alimentent la logorrhée journalistique avec du sensationnel bon marché. Ils étayent le bourrage de crâne quotidien à notre intention. Et surtout, ils alimentent la spéculation financière, en particulier autour de ce Blue Market, le marché des droits à polluer, qui n'a pas encore révélé toute la mesure de sa puissance mortifère.

    35%, finalement, c'est un score respectable et j'espère y avoir un peu contribué.

    Les amis, il faut tenir bon. Dans les histoires, les ennemis ont, par définition, des méthodes déloyales, des moyens mille fois supérieurs aux nôtres, une haine inextinguible à l'égard de nos joies humbles et sincères. Cette fois, force est de constater que c'est un peu vrai... Raison de plus pour résister !