Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

circulation

  • L'abus de clivage est mauvais pour la santé de la société

    Aujourd'hui, nous recevions des amis parisiens. De vrais parisiens, convertis à la doctrine boboïste, heureux de vivre dans ce Paris sinistré par Delanoé et les écologistes, contents de pouvoir circuler sans tous ces pauvres qui venaient y travailler mais convaincus d'être politiquement à gauche.

    papamaman.jpgPlus le temps passe et plus les clivages s'accumulent entre nous et ces amis. On n'y peut rien mais c'est la société qui veut ça, la société que nous mijotent la gauche libérale et l'écologie. La dictature des bons sentiments fait passer au rang d'évidence une quantité invraisemblable de sujets de société : les médias, souvent concernés, considèrent comme allant de soi la solution à des problèmes aussi complexes que le mariage homosexuel, l'adoption d'enfants par un couple homosexuel, l'euthanasie ou la légalisation du cannabis. Inutile de dire que la question de la pollution parisienne serait réglée vite fait bien fait... Aucun risque d'émeute ! No looting nor polluting !

    Dans l'esprit de ces joyeux démocrates, la cause est entendue : le péquin qui a besoin de sa voiture pour aller travailler est un moins que rien. Et, vous l'avez remarqué, après que le mariage homosexuel soit devenu un "droit", il est présenté comme "le mariage pour tous". Oh ! les malheureux qui ne peuvent pas se marier ! Ils ne peuvent que se pacser. C'est vraiment terrible, comme situation...

    "Si t'es contre le mariage homosexuel, c'est sûrement parce que t'es contre les homosexuels, nan ? Ou si t'es contre l'adoption des enfants par des couples homosexuels, c'est que t'aimes pas la joie dans les yeux des enfants, nan ? Ou alors, si tu veux conduire quand même dans Paris, c'est que tu veux que les vieux crèvent de maladies de poumons, nan ?"

    Ces clivages concernent surtout des questions de société. Ce sont des problèmes importants mais qui ne concernent pas directement la survie des populations. Ainsi, pendant que nos amis les riches, Versailles contre Le Marais, discutent de qui va garder les gosses, des vrais pauvres luttent pour leur survie entre deux plans sociaux. Pendant que Delanoé empêchent les gens de rouler dans Paris, de vrais travailleurs sont virés par leur patron parce qu'ils ne conduisent pas assez vite.