Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

cohn-bendit

  • L'écologie en pleine contradiction

    Il n'est jamais trop tard pour se rendre compte que l'idéologie écologiste est servie par un mouvement en pleines contradictions.

    Daniel Cohn-Bendit fait semblant de découvrir que le parti dont il est à l'origine, EELV, doit assumer des options politiques gauchistes pendant que les députés votent la rigueur du budget. Il est, à mon avis, assez difficile de comprendre la solution de ce paradoxe selon Saint Dany. Ne parlons pas de la position des ministres Duflot et Canfin, dont Jean-Vincent Placé s'interroge à voix haute sur l'opportunité de leur démission.

    Je me suis déjà exprimé sur le complet décalage entre la fonction et l'idéologie chez Duflot. N'insistons pas.

    Aurait-il fallu que le parti écolo vote des deux mains pour le traité de décroissance ? Ou bien faudrait-il que les députés verts votent contre le budget ? C'est la deuxième solution qui semble tenir la corde mais c'est probablement la première qu'aurait préféré DCB.

    Pourquoi ?

    Eh bien, pour que les Verts comprennent enfin tout le bien que les banquiers européens, ceux qui continuent à dîner de caviar pendant que les Grecs sont au pain sec, pensent de l'écologie et de la décroissance. L'écologie qui, disons-le encore, fut re-fondée dans les années 60 par un collectif d'industriels et de financiers multinationaux (Fiat, Philip Morris, le Club de Rome, le Club des 1001, etc.) autour d'un programme malthusien, cette écologie-là reste un outil formidable de production de peurs en tous genres, de pensées apocalyptiques et de justifications en or massif.

    Moins de voitures ? C'est bon pour la planète !

    Moins d'industries ? C'est bon pour la planète !

    Moins d'emplois ? C'est bon pour la planète !

    Moins de gens ? C'est bon pour la planète !

    Il reste, hélas pour Dany, un petit reste de sentiments gauchistes chez les écolos. C'est ce petit fond, celui qui nous fait bien rire parfois, qui produit ce type de réactions. Pour un idéologue passé de la gauche coup-de-poing à l'écologie coup-de-torchon, c'est encore un peu dur à comprendre. Ne lui en veuillez pas. Au village, on l'aime bien quand même.