Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

courtillot

  • Les Anthroposceptiques

    La Bonne Pensée écolo, à l'aide de ses chiens médiatiques a inventé l'ignoble "climatosceptique" pour désigner tous ceux qui ne pliaient pas devant le consensus scientifique, inconsciente du fait que cette expression "consensus scientifique" est un oxymore.

    magnitka-smoke-stacks.jpgCes milieux autorisés, surtout médiatiquement autorisés, cherchent à donner, de l'esprit humain, une image négative chaque fois qu'il se manifeste sous sa forme la plus productive, la critique.

    C'est pourquoi je propose au lecteur le terme "anthroposceptique" pour désigner tout ce qui, dans l'écologie, s'oppose à l'expansion de l'humanité par principe, et à l'expression critique de l'esprit humain en particulier.

    Je ne résiste pas à l'envie de vous faire profiter du magnifique cliché posté sur ce blog.

    Vous pouvez aussi regarder sur le blog de Vincent Courtillot, qui continue d'affirmer qu'il n'y a plus de réchauffement depuis 1998. "Plus de réchauffement" signifie "plus de problème de gaz à effet de serre" et donc "plus d'utilité du marché carbone". C'est sans rapport avec la pollution réelle de l'atmosphère par le charbon allemand ou chinois. C'est un autre problème. Mais toute cette machinerie ANTHROPOSCEPTIQUE destinée à provoquer et justifier la décroissance (la déchéance) de l'Europe tombe à l'eau. Les milliards de dollas investis par l'ONU dans les Organisations de Bons Sentiments, appelées aussi ONG, tout cet argent aurait mieux fait d'être consacré à la  lutte contre la misère ou la malnutrition des enfants, ou pour la promotion des droits sociaux des travailleurs dans les pays où ils n'existent presque pas, ou encore la lutte par l'éducation contre la corruption, l'excision, la maltraitance des femmes en général, etc.

    D'ici une dizaine d'années peut-être, le mensonge planétaire du réchauffement par les gaz à effet de serre ne sera plus tenable mais ça ne les empêchera pas d'être anthroposceptiques....

  • Transition énergétique : préparer les esprits par la propagande

    Hier soir, sur France2, David Pujadas présente un sujet censé faire le point sur la question du réchauffement-changement climatique-planétaire. Le reportage est paré des vertus de l'objectivité, de l'impartialité car, on va voir ce qu'on va voir, promis juré, on pourra y entendre des opposants au dogme écolo. Incroyable ! Sensationnel ! Voilà du vrai journalisme comme on aime !

    1705329_batho2.jpgHélas, on est très rapidement déçu. Les premières phrases sont péremptoires. Circulez ! Y a rien à voir ! Pas de débat et surtout pas de débat scientifique ! Il y a un réchauffement planétaire et celui-ci fait l'objet d'un CONSENSUS scientifique à 90%. Là, on entend un "scientifique" affirmer toujours de façon péremptoire que... enfin, vous connaissez la chanson. On l'entend de façon très consensuelle à chaque heure de chaque jour dans tous les médias.

    Car aujourd'hui, c'est ça, la science ! Un consensus médiatique : il suffit de trouver le moyen d'affirmer 100 fois une connerie dans les médias pour passer pour Albert Einstein. Regardez ce qui est arrivé au malheureux Dukan.

    Seul le valeureux Vincent Courtillot, très habitué des coups tordus médiatiques et sachant qu'il n'a que quelques secondes d'alibi pour présenter sa vision scientifique des choses, nous donne un point de vue de chercheur.

    C'est quoi, un point de vue de chercheur comparé à ce carnaval pseudo-scientifique ? C'est quand on admet être contredit sans traiter son interlocuteur de révisionniste. C'est quand on pose pour principe que les théories des autres peuvent être contredites même si ces zôtres manient l'insulte et le lynchage médiatique mieux que personne. C'est ne pas se coucher, plein d'acquiescements, devant le premier financement onusien venu.

    C'est qu'il s'agit pourtant de préparer les esprits à l'économie de guerre que nous prépare le ministère de la pénurie durable. Delphine Batho, qui n'a pas la lumière à tous les étages, a entrepris de faire éteindre tout le monde après 22h. Bientôt la margarine et le gazogène...