Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

cuisine

  • Emission de solutions : émission de conneries

    Je ne vais pas, une fois de plus, parler des parodies de conférences internationales, véritables festivals de petits fours, qui occupent la sphère écolo-médiatique à intervalles hélas réguliers.

    Mon attention a plutôt été attirée par un de ces spots télévisés très courts, parfois moins d'une minute, qui servent aux chaînes publiques à nous faire avaler de la pub. Il y a donc Emission de solutions avec Les Poulets Duglandier ou La Vache qui pleure ou Draty, le contrat de méfiance, ou je ne sais quel autre enfumeur professionnel. C'est le soir sur France 2. Habituellement, c'est sur les prouts à effet de serre, sur la sauvegarde des ours blancs d'Amazonie ou la fornication frénétique des coccinelles en milieu hostile. C'est écolo et bien-pensant, une dégoulinade en direct de bons sentiments inflexibles.

    MamèreCuisine.jpgJe crois que c'était hier soir. La micro-émission écolo parlait d'une femme qui avait monté une association pour apprendre à d'autres femmes en difficulté comment s'y prendre pour cuisiner. Oui, juste pour cuisiner. Promis, juré, les recettes étaient simples, les budgets mini-mini et c'était bon.

    En d'autres termes, si je cuisine, je suis écolo. Ah bon ?

    C'est une illustration, sous des dehors naïfs et impossibles à contredire, du fait que l'écologie s'immisce partout. En tant que nouvelle religion, elle cherche à devenir l'alpha et l'oméga de nos quotidiens, à moraliser toutes nos actions, des plus bénignes aux plus importantes, du quotidien le plus trivial aux choix existentiels, idéologiques, esthétiques qui font notre intimité.

    Je cuisine donc je suis écolo ! Comme M. Jourdain, je faisais de l'écologie sans le savoir en nourrissant mes gosses. Ce qui est de bonne gestion, comme l'emploi des restes dans la cuisine familiale, devient une vertu morale. Dans la télé de la République, nous voici tous devenus des fidèles ou des mécréants. Ça me donnerait presque envie de me mettre aux plats surgelés !