Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

femen

  • Femen et blagues Carambar : une petite chélation ?

    Le mouvement Femen gagne le monde, lentement mais sûrement. Pendant que la moitié de l'humanité ferraille contre l'autre les seins toujours à l'air et les bras toujours levés (les nichons ont l'air moins tombants de cette façon), la société Cadbury se fait un petit coup de pub en annonçant l'arrêt des blagues Carambar dans les carambars. On attend l'annonce d'un comité de mobilisation pour la défense des blagues Carambar et le communiqué officiel de son président.

    femenPendant ce temps, je découvre la chélation. Non. Pas avec un f et deux l, comme le pense le lecteur pas drôle.

    La chélation officiellement, c'est un processus chimique qui permet entre autres d'emprisonner des métaux lourds dans des molécules inertes et de les éliminer. Il n'en faut pas plus pour titiller la fibre purificatrice de nos amis les écolos.

    La chélation, et surtout son corollaire écolo, la chélation naturelle sont de redoutables sources de bonne pensée écolo. L'amie Fofie, femme-enfant qui tient un blog de médecine perlinpinpin intitulé Et si on changeait le monde, nous apprend que la chélation a guéri son mari qui avait mal aux globules. D'ailleurs, l'ensemble de son blog est constitué de ses expériences en la matière.

    Il me revient une histoire dans Trois hommes et un bateau de Jérôme K. Jérôme, humoriste anglais du début du 20 siècle : le narrateur feuillète un dictionnaire médical et se sent atteint de toutes les maladies qu'il y trouve : "Cholera I had, with severe complications; and diphtheria I seemed to have been born with. I plodded conscientiously through the twenty-six letters, and the only malady I could conclude I had not got was housemaid’s knee. I felt rather hurt about this at first; it seemed somehow to be a sort of slight. Why hadn’t I got housemaid’s knee ?"

    Et en effet, il semble au lecteur du blog de la Fofie, qui ferait mieux de se faire remettre les dents de devant plutôt que de se faire remplacer ses plombages, que la famille dont il lit le quotidien doit vivre un enfer médical permanent alternant avec des phases de lumineuse rédemption. La chirurgie du canal carpien, les vertiges paroxystiques, la mycose vaginale, les méfaits des soutiens-gorges (on se disait, justement... pour les femen...), la fibromyalgie, etc. il n'y a pas d'affection que cette marathonienne de la graine de courge n'ait essayé. Nous pouvons lui rendre un bel hommage.

    La chélation occupe, évidemment, une place de choix dans tout ce bric à brac pseudomédical. Je veux dire, la chélation naturelle, bien sûr... On est prié de le croire.

    Alors pendant que les femen enlèveront leur soutif pour essayer les nouvelles médecines douces, nous pouvons proposer à Cadbury de remplacer les blagues Carambar par des remèdes inspirés de chez Fofie (elle avait un Carambar  coincé dans la bouche quand elle a choisi son nom de blog...), du genre "Contre les pieds qui puent, le bicarbonate de soude" (vous vous souvenez, Stink foot de Frank Zappa : "Fido, Fido, bring the slippers... ouaf ouaf ouaf !") ou "Soignez votre petite vérole naturellement avec de l'extrait de badagoince mordorée cueillie à la pleine Lune."

    On est prié d'y croire...

  • Femen vs Civitas : entre Versailles et la Bastille

    Pendant que les gosses de riches s'étripent, les unes à poil, les autres en blazers, les gens attendent qu'on les écoutent.

    femen,civitas,mariage homosexuelL'inflation verbale constatée dans les médias permet au moins de savoir y retrouver les siens : il suffit de lire le récit de l'empoignade pour savoir de quel côté penche le (pardon... ou la) journaliste. La vidéo montre très clairement que les activistes à poil de Femen ont attaqué les premières à coup de gaz lacrymo. Tout le monde ne le dit pas.

    Par contre, les fachos propres sur eux ont répliqué à coup de savate. Pas cool...

    Reste à savoir qui va garder les enfants : cette question n'est pas tranchée et je doute que les esclandres, attentats à la pudeur et autres voies de faits apaisent la société pour un débat normal. Il serait temps de déballer les vrais arguments et de laisser parler d'autres spécialistes que l'omni-psychiatre du tout-culturel Serge Effez.

    Pendant ce temps, les vrais pauvres perdent leurs emplois et se demandent comment nourir les enfants qu'ils ont fait. Tout ça nous éloigne de l'écologie pensez-vous ?

    Eh bien, pas tant que ça : tout est affaire de bons sentiments.