Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

front national

  • COP21 : écologie et Front (inter)national

    A l'occasion de la COP21, les nations ont décidé de surenchérir dans le domaine de la vertu écologique. En quelques mois, l'environnement est devenu une priorité, un axe de leur politique, fût-elle corrompue, une qualité cardinale à cultiver sans délai.

    Un conclave se réunit donc, à discuter du sexe des anges tout en interprétant des données et des conclusions scientifiquement frelatées.

    Il y a trois jours, le plumitif culturel Augustin Trapenard recevait la chorégraphe Maguy Marin pour la reprise de son spectacle Umwelt. Il commençait son émission par une sorte de glose assez lyrique sur le mot "environ". Il montrait comment ce mot désigne à la fois une approximation insatisfaisante et ce qui se trouve autour de nous. Involontairement, il faisait le parallèle entre la mise à distance, la frontière, l'exclusion que ce mot implique, désignant implicitement la xénophobie ambiante suscitée par le climat politique et social lié au terrorisme, à la crise des migrants et bien sûr à la montée du fascisme en France.

    Lire la suite

  • Une France brune

    Le réveil est douloureux ce matin d'élections. Le Front national fait un carton et la gauche récolte ce qu'elle a semé, c'est à dire rien du tout. L'UMP affairiste pavane. Même Levallois préfère les Balkany. Une seule bonne nouvelle, à laquelle nous avons peut-être un peu contribué ici : les écolos sont plutôt discrets.

    C'est donc au réveil d'une France fasciste que nous assistons ce matin. Abêtis par la télévision, les Français ont oublié ou préfèrent méconnaître Vichy et la sombre histoire de l'extrême-droite en France. "La France aux Français", ce slogan xénophobe continue de faire vibrer des millions de Lacombe Lucien, flattés par le pouvoir de la haine au quotidien. Banales, inflexibles, la bêtise et l'ignorance se conjuguent avec la peur de la liberté pour donner ce résultat infâmant pour nous tous.

    La gauche, pendant ce temps, continue de croire en ses fausses valeurs. La République serait écologique ! Autant s'imaginer qu'un électeur du Front national est tolérant.

    L'écologie, en détournant sciemment la gauche des valeurs liées au travail, à la production, au bien commun et à l'égalité, a produit ici ses plus terribles effets : englués dans les bons sentiments et la démagogie, les dirigeants de ce pays ont continué à pactiser avec les banques au lieu de les remettre à leur place. Elles ont laissé faire le marché au lieu de le contrôler. Ces hausses d'impôts totalement à contre-sens de ce qu'il aurait fallu faire ne sont que le symptôme de cette maladie désormais incurable.

    Ils voulaient une France verte. Ils se réveillent ce matin dans une France brune.

  • Eco-citoyens : réveillez-vous !

    Ce soir, en allant faire mes courses, je suis tombé sur l'affiche la plus conne que j'aie vue depuis longtemps. C'est une affiche publiée par la municipalité pour inciter les usagers des espaces publics à ne pas laisser les mégots de cigarettes dans le sable des espaces verts de la ville.

    Le bon geste, celui qui consiste à mettre son mégot dans un cendrier, y devient un geste écocitoyen.

    Vous avez bien lu : écocitoyen.

    Avant d'être harcelé par la milice bien-pensante des anti-tabac, le clampin fumeur savait qu'en mettant son mégot où il était convenable de le laisser, il ne créait aucune gêne. Il savait aussi qu'en laissant son mégot dans le sable, il risquait qu'un bambin épris de curiosité (ce qui est un pléonasme) finisse par goûter, voire ingérer le-dit mégot. Le clampin fumeur n'est ni plus ni moins con qu'un autre mais il laisse souvent son mégot dans le bac à sable de son lardon.

    Aujourd'hui, ce n'est plus pareil.

    Le malheureux fumeur à 6,10 euros le paquet a le choix entre mettre son mégot dans un cendard de poche ou parjurer la nouvelle religion : l'écocitoyenneté. Le bambin a disparu, l'hygiène aussi, le bon sens est aux abonnés absents, seule compte désormais la déesse Gaïa qui nous dégueulera à la figure, le jour de l'Apocalypse, les milliards de milliards de mégots que les vilains fumeurs, tous autant de dangereux individus déchus de leur éco-citoyenneté, auront laissés en héritage aux générations futures, c'est à dire à des mômes qui n'existent pas encore.

    Un petit tour au pays du consensus sémantique, Wikipédia, nous apprend que l'écocitoyenneté "est la conscience politique d'appartenir à un territoire (terre, continent, ou pays selon l'échelle) qui garantit son existence, ce qui implique pour lui des droits et des devoirs par rapport à l'environnement."

    Je connais plein de gens qui ont conscience d'APPARTENIR à un territoire. Ils votent tous Front National.

    Alors réveillez-vous, tous les con-écocitoyens de la Terre, votre chi-mère à tous ! Sortez de cette torpeur idéologique appelée écologie ! Quittez, pendant qu'il en est encore temps, l'univers répressif de l'environnementalisme ! Oubliez les bons sentiments, les colliers de nouilles bio au blé complet, le tofu du commerce équitable qui réveille vos chakras, la branlette du corps astral et la culpabilisation comme seul outil de gouvernance ! Fuyez cette idéologie morbide et apocalyptique, cette "secte qui a réussi" grâce au pognon des multinationales et des milliardaires ! Repoussez comme la peste bubonique tout ce galimatia, ce jargon aussi dégoulinant de bons sentiments qu'oppressant et totataire : mégus écocitoyen, dentifrice planétaire, ratatouille biodynamique, expert climatique, glougloutages du GIEC, révisionnisme des climatosceptiques, etc.

    Sans un sursaut, les chargés de marketing de l'agroalimentaire, des services ou de la politique continueront d'ignorer les bornes de la connerie et nous serviront, sans crainte de l'obscène, ce discours délirant et liberticide.