Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

godec

  • L'écologie en voie de disparition ?

    Pour faire ma chronique, je fais comme tout le monde : quand mon actualité personnelle ne m'apporte pas un sujet sur un plateau, je tape Google actualités sur mon clavier et je cherche les thèmes qui peuvent retenir mon attention. Plus les jours passent, et plus je suis obligé de constater la raréfaction des sujets ayant trait à l'écologie et à l'environnement.

    pere-et-fils-sur-la-plage-de-sable-blanc-tropical.jpgPeut-être faudra-t-il leur envoyer un petit panda pour les secourir et faire monter le niveau, car en fin de compte, ces derniers temps, mon blog un peu de mal à trouver des sujets bien écolos comme on les aime pour se faire les dents.

    Si je tape Environnement sur Google actualités, je trouve 297 000 résultats. De la petite bière face à Football qui recueille 625 000 000 de réponses ! Avec le mot Ecologie, ce sont 29 000 articles qui apparaissent. Ridicule.

    Ridicule et plutôt réconfortant...

    Mais ça n'empêche pas Corinne Lepage de lancer son Rassemblement citoyen en Midi-Pyrénées, un groupuscule dont la seule vocation est d'être ensuite dévoré par ceux qui l'ont fait naître, Cap21 en tête. C'est La Dépêche qui nous l'apprend à l'occasion d'un des innombrables retournements de veste qui font le bonheur des commentateurs du mouvement écolo en France. La fermeté idéologique de ses membres n'a de cesse de nous surprendre. Aujourd'hui, c'est Elizabeth Belaubre, une figure de EELV, qui change de camp. Un tremblement de terre dans le paysage politique... Régis Godec, responsable du mouvement EELV dans la région confesse qu'il "n'y voit pas très clair." On peut le rassurer : ce n'est pas très grave.

    Madame Lepage fait le constat que la politique ne se fait plus dans les partis, ce qui n'est pas faux. La politique se fait aussi dans les blogs et nous y prenons notre part. Mais elle se fait aussi sur le terrain et là, il reste encore beaucoup à faire pour dénoncer tous ces tartuffes, comme le malheureux écolo-malthusien Stéphane Foucart, promoteur imprudent d'un pseudo-scientifique paranoïaque dont toutes les prédictions alarmistes se sont avérées de pitoyables fadaises, un certain Paul Ehrlich.

    C'est pourquoi l'avocate Lepage cherche à s'appuyer sur une base populaire pour fonder son action. Le principe "bottom-up", c'est à dire du bas vers le haut. On préférerait que tout cela se limite au "bottom" et reste au ras des paquerettes. On y travaille.