Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

julien bayou

  • Encore mieux que l'écologie : la néo-écologie

    Les Inrocks, organe de la jeunesse-parisienne-qui-bouge, brosse le portrait de Julien Bayou. Fooooormidable ! Vas-y mon chou, c'est du direct.

    Avec deux anciens de la campagne présidentielle d'Eva Joly, il veut donner une nouvelle jeunesse au parti le plus jeune de France, EELV. Voire faire sécession pour créer quelque chose nouveau. Je sais pas, moi... Un truc qui bouge, quoi... Texto : « c’est un espace de rencontre, de réflexion et de partage pour tous ceux qui veulent apprendre à se bouger les fesses » C'est dire si la néoténie lui colle au patrimoine génétique.

    L'article est un concentré de bougisme. J'ai du mal à prélever des perles. Elles sont trop concentrées. Une sorte de catéchisme de la presse bougiste pour faire bouger le lecteur vers le bougiste du bougisme. EELV s'est institutionnalisé ? Qu'importe : "Un sérieux training  s’impose, d’urgence, au sein du parti. Il faut trouver des ponts, un électorat, une crédibilité."

    PetitPrince.jpgC'est sûr qu'il faut d'urgence nous supprimer encore un bon paquet de places de parking, nous supprimer aussi pas mal de libertés inutiles, toutes ces choses qu'on fait sans penser à notre mère Gaïa, tout ce temps gaspillé à ne pas honorer comme il se doit l'effort de ceux qui vont au travail à vélo. Il faut d'urgence créer le crime de négation du réchauffement planétaire pour faire taire les sceptiques.

    Vous voulez du Julien Bayou dans le texte ? Y'a qu'à demander. C'est toujours rapporté par la pigiste béate de la Pravda du Mangeur de Tofu Bio. Accrochez-vous :

    « Pour que ces initiatives si riches puissent contrecarrer avec suffisamment de puissance les dynamiques mortifères de notre temps et qu’elles ne soient pas cantonnées dans un rôle de simple contestation ou de palliation, il est décisif de regrouper leurs forces et leurs énergies (…). Ce qu’elles ont en commun, c’est la recherche d’un convivialisme, d’un art de vivre ensemble qui valorise la relation et la coopération (…) en prenant soin des autres et de la Nature »

    C'est tiré d'un de ses bouquins qui s'appelle Manuel convivialiste.

    Le convivialisme, c'est l'art de faire accepter à ceux qui travaillent loin que d'autres les emmerdent à vélo parce qu'ils ont un meilleur job. C'est le talent de faire payer aux classes défavorisées des impôts injustes, comme la TVA ou la taxe recyclage, ou de nouvelles charges comme le Linky (voir Que Choisir ? de ce mois-ci) tout en les culpabilisant. C'est le génie (malthusien) de faire admettre au monde entier qu'un massacre peut avoir de bons côtés vu qu'il y a trop de monde sur Terre.

    Et Julien Bayou, pour l'écologie politique, c'est la bonne idée qui consiste à donner un visage humain à l'inhumain, puisque "les dynamiques mortifères", bien sûr, c'est les autres. La théologie de la décroissance, ce n'est pas mortifère. Les taxes et les contraintes quotidiennes, ce n'est pas mortifère. Le marché carbone, les éoliennes non plus. Pour Gentil-Julien, ça s'appelle "prendre soin des autres et de la Nature". Très peu pour moi !

    Il paraît, c'est la pigiste à impact négatif qui nous l'apprend en retenant sa respiration, que Saint Julien aime Saint Hans Jonas, l'inventeur halluciné du chantage aux générations futures. Je résume : il faut interdire tout ce qui hypothèque la survie des générations futures. A ce titre, l'écologie politique vote pour la décroissance, c'est à dire à terme la diminution du nombre d'individus sur Terre ! On commence par tuer des pauvres pour assurer la survie des enfants des riches ?

    Nous proposons à Julien de diminuer l'impact écologique déjà très élevé de son train de vie agité. Nous lui conseillons de moins consommer, en particulier d'heures d'antenne, de se taire aussi souvent que possible, de débrancher son ordinateur portable définitivement, de prendre des vacances au milieu des chèvres du Larzac et de nous laisser tranquille.

    Alleluia !

    PS : J'ai essayé de me connecter avec mon compte Facebook sur Les Inrocks pour poster un commentaire à cet article. Pas de bol : j'ai refusé la demande d'accès à mon profil public émanant du plus cool des mensuels pour les Djeuns'. J'ai donc atterri sur une page avec plein de morceaux de code Java dedans. Impossible de refuser l'invitation du plus démocrate des inquisiteurs ?