Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

notre-dame des landes

  • Affaire Kempf : le crocodile n'est plus une espèce en voie de disparition

    Le conflit rédactionnel entre Hervé Kempf et Le Monde est largement traité dans l'organe de la Bonne Pensée, Libération. Résumons ce que le journaliste développe devant la plume attentive d'Isabelle Hanne. Le Monde a interdit à HK d'enquêter sur la question de l'aéroport de Notre-Dame des Landes, question qu'il suivait depuis 2009 et connaissait bien. Le journaliste a vu sa chronique supprimée le 8 juin pour des raisons de politique rédactionnelle. Il fait là le récit classique d'un conflit rédactionnel idéologique : l'écologie, selon lui, s'oppose au système et rencontre une résistance de la part du pouvoir, voire même peut-être des actionnaires.

    L'écologiste est un rebelle. C'est bien connu.

    herve kempf,liberation,le monde,écologie,notre-dame des landesUn rebelle aux larmes de crocodiles.

    Un deuxième article est publié à la même heure (5/9, 21h36), intitulé "Refroidissement climatique dans les rédactions" de Laure Noualhat. Il fait le bilan, prévisible, du reflux massif de la thématique environnementale dans les colonnes des quotidiens, à la radio ou à la télévision. J'espère y avoir un peu contribué...

    Pourquoi prévisible ?

    Parce que, comme pour le référendum sur le Traité Européen, qui aurait dû être une véritable leçon pour le pouvoir médiatique, le bourrage de crâne n'a pas fonctionné. Les lecteurs se sont emparés de la réalité et surtout, ont subi à feu continu la culpabilisation insensée et totalement injustifiée qui caractérise l'idéologie malthusienne. Ils ne se sont pas laissés faire. Ils n'ont pas cru les torrents d'injures abattus sur Pascal Bruckner quand il a publié son livre sur l'idéologie de l'apocalypse.

    J'avoue que ne plus entendre les benoiteries pontifiantes de CO2 mon amour sur France Inter serait un véritable soulagement. En attendant, je relis Pascal Bruckner.