Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

paris

  • Gao Tai ou le mythe de l'énergie solaire

    Un nouveau rapport de l'AIE, Agence Internationale de l'Energie, vient de tomber : 26% de l'énergie consommée dans le monde sera renouvelable d'ici 2020, en sachant qu'à l'heure actuelle, le taux serait de 23% (défense de rire...).

    Lire la suite

  • L'abus de clivage est mauvais pour la santé de la société

    Aujourd'hui, nous recevions des amis parisiens. De vrais parisiens, convertis à la doctrine boboïste, heureux de vivre dans ce Paris sinistré par Delanoé et les écologistes, contents de pouvoir circuler sans tous ces pauvres qui venaient y travailler mais convaincus d'être politiquement à gauche.

    papamaman.jpgPlus le temps passe et plus les clivages s'accumulent entre nous et ces amis. On n'y peut rien mais c'est la société qui veut ça, la société que nous mijotent la gauche libérale et l'écologie. La dictature des bons sentiments fait passer au rang d'évidence une quantité invraisemblable de sujets de société : les médias, souvent concernés, considèrent comme allant de soi la solution à des problèmes aussi complexes que le mariage homosexuel, l'adoption d'enfants par un couple homosexuel, l'euthanasie ou la légalisation du cannabis. Inutile de dire que la question de la pollution parisienne serait réglée vite fait bien fait... Aucun risque d'émeute ! No looting nor polluting !

    Dans l'esprit de ces joyeux démocrates, la cause est entendue : le péquin qui a besoin de sa voiture pour aller travailler est un moins que rien. Et, vous l'avez remarqué, après que le mariage homosexuel soit devenu un "droit", il est présenté comme "le mariage pour tous". Oh ! les malheureux qui ne peuvent pas se marier ! Ils ne peuvent que se pacser. C'est vraiment terrible, comme situation...

    "Si t'es contre le mariage homosexuel, c'est sûrement parce que t'es contre les homosexuels, nan ? Ou si t'es contre l'adoption des enfants par des couples homosexuels, c'est que t'aimes pas la joie dans les yeux des enfants, nan ? Ou alors, si tu veux conduire quand même dans Paris, c'est que tu veux que les vieux crèvent de maladies de poumons, nan ?"

    Ces clivages concernent surtout des questions de société. Ce sont des problèmes importants mais qui ne concernent pas directement la survie des populations. Ainsi, pendant que nos amis les riches, Versailles contre Le Marais, discutent de qui va garder les gosses, des vrais pauvres luttent pour leur survie entre deux plans sociaux. Pendant que Delanoé empêchent les gens de rouler dans Paris, de vrais travailleurs sont virés par leur patron parce qu'ils ne conduisent pas assez vite.

  • Plan anti-pollution : un déchaînement hystérique

    C'est dans 20 minutes, le quotidien d'informations frelatées par la pub : les réactions des internautes seraient sans appel. Ils souhaiteraient interdire toute circulation automobile dans Paris.

    On ne doit pas consulter les mêmes internautes : ceux de mon entourage considèrent plutôt qu'il vaudrait mieux interdire tous les journaux d'informations frelatées par la pub.

    Par exemple, toujours d'après l'amusant 20 minutes, Sandra déclare que Paris est impraticable en voiture le weekend. En effet, après 30 ans de politique anti-voiture et dix ans de folie festiviste à Paris, circuler dans une ville rendue inextricable par tous les dispositifs permanents ou temporaires destinés à empêcher les voitures de circuler, c'est bien le moins.

    Il vaudrait mieux remarquer que, du fait de cette politique insensée toujours présentée comme étant destinée à fluidifier le trafic, Paris est devenu infréquentable. La fuite des classes moyennes vers des banlieues plus raisonnables en est la preuve.

    Delanoe, pollution, voiture, Paris, plan anti-pollution, anti-voiture, bobo


    Car ce que ne veulent à aucun prix recon-naître les édiles im- béciles, c'est que les gens ont BESOIN de leur voiture.

    Pour leur faire croire qu'on les a compris et qu'on reste tout de même un peu de gauche, on leur propose de remplacer leur guimbarde qui, de toutes les façons, finirait un jour ou l'autre à la casse, par des bons gratuits pour une Autolib.

    Vous vous souvenez ? Autolib, ce dispositif inventé par un grand patron de gauche (si, si, on veut vous faire croire ça aussi !), destiné surtout à occuper à son profit des places de parking en ville. N'allez pas croire que Paris est la seule ville touchée : cette gangrène privatisée a infecté toute la banlieue et d'autres villes de province.

    L'article conclut curieusement à l'interdiction totale des véhicules dans Paris alors que les témoignages ne vont pas DU TOUT dans ce sens. Je lis plutôt :

    "Pouvoir partir à la campagne, voyager en France et transporter des choses quand j'en ai besoin est pour moi une des libertés les plus importantes de la vie et je trouverais terriblement injuste qu'on m'en prive de manière autoritaire."

    Ou bien :

    "Je ne viens plus faire de courses ou voir des spectacles à Paris à cause de la chasse aux véhicules (motos y compris) et de l'ineptie du plan de circulation qui n'a qu'un seul but: dégoûter les gens de circuler dans Paris."

    Ou encore :

    "Je suis d’accord avec les propositions du maire de Paris, à condition que des moyens alternatifs suffisants et en bon état de marche fonctionnent 24 heures sur 24 et 365 jours sur 365. Ce qui n'est pas le cas à Paris. Avant de prendre de telles mesures, il faudrait améliorer sérieusement les transports en commun et les ouvrir 24h sur 24. Bref, qu’on incite avant d'interdire!"

    Un seul internaute particulièrement masochiste parle de l'interdiction totale mais c'est lui qui est retenu pour le titre de l'article. Ça, c'est du journalisme ! Idem pour le journal Challenge qui titre "Delanoé se félicite du débat" ! Le jour où la gauche festiviste instaurera un débat dans lequel le sens du Bien n'est pas tranché d'avance, il tombera des capotes sur le Saint-Siège.

    En attendant, il pleut toujours des contraventions sur les automobilistes parisiens.