Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

réchauffement planétaire

  • Les Anthroposceptiques

    La Bonne Pensée écolo, à l'aide de ses chiens médiatiques a inventé l'ignoble "climatosceptique" pour désigner tous ceux qui ne pliaient pas devant le consensus scientifique, inconsciente du fait que cette expression "consensus scientifique" est un oxymore.

    magnitka-smoke-stacks.jpgCes milieux autorisés, surtout médiatiquement autorisés, cherchent à donner, de l'esprit humain, une image négative chaque fois qu'il se manifeste sous sa forme la plus productive, la critique.

    C'est pourquoi je propose au lecteur le terme "anthroposceptique" pour désigner tout ce qui, dans l'écologie, s'oppose à l'expansion de l'humanité par principe, et à l'expression critique de l'esprit humain en particulier.

    Je ne résiste pas à l'envie de vous faire profiter du magnifique cliché posté sur ce blog.

    Vous pouvez aussi regarder sur le blog de Vincent Courtillot, qui continue d'affirmer qu'il n'y a plus de réchauffement depuis 1998. "Plus de réchauffement" signifie "plus de problème de gaz à effet de serre" et donc "plus d'utilité du marché carbone". C'est sans rapport avec la pollution réelle de l'atmosphère par le charbon allemand ou chinois. C'est un autre problème. Mais toute cette machinerie ANTHROPOSCEPTIQUE destinée à provoquer et justifier la décroissance (la déchéance) de l'Europe tombe à l'eau. Les milliards de dollas investis par l'ONU dans les Organisations de Bons Sentiments, appelées aussi ONG, tout cet argent aurait mieux fait d'être consacré à la  lutte contre la misère ou la malnutrition des enfants, ou pour la promotion des droits sociaux des travailleurs dans les pays où ils n'existent presque pas, ou encore la lutte par l'éducation contre la corruption, l'excision, la maltraitance des femmes en général, etc.

    D'ici une dizaine d'années peut-être, le mensonge planétaire du réchauffement par les gaz à effet de serre ne sera plus tenable mais ça ne les empêchera pas d'être anthroposceptiques....

  • State of fear : l'étrange conversion de Michael Crichton

    Pendant mes congés, je lis des polars. J'écoute du jazz de temps en temps mais je n'ai pas trop de goût pour la musique ancienne. C'est une autre histoire.

    J'ai donc lu récemment State of fear, en français Etat d'urgence de Michael Crichton (prononcer "crailletonne"). C'est un roman de 2004. L'auteur s'était fait connaître avec Jurassic Park et d'autres romans sur des sujets plus ou moins scientifiques ou d'anticipation technologiques.

    L'Age de glace, crichton, réchauffement planétairePour écrire son roman consacré au réchauffement climatique, M. Crichton a lu des publications scientifiques pendant 3 ans, ce qui lui a valu la faveur de venir témoigner devant une commission du Sénat américain sur ce sujet. Même si le roman est par définition un tissu de fiction, Etat d'urgence est fondé sur des données scientifiquement vérifiées, chaque fois indiquées en notes de bas de page, qui établissent sinon que le réchauffement planétaire est une blague, mais au moins que les données utilisées pour l'établir n'ont pas été suffisamment vérifiées et consolidées.

    Il s'agit donc, pour le roman, de dénoncer indirectement, non pas un mensonge scientifique, mais plutôt une approximation hâtive issue des mondes politique, journalistique et éditorial. Vincent Courtillot ne dit pas autre chose.

    Mais le point un peu curieux de l'affaire vient de ce que M. Crichton, après la sortie de son livre, va donner des interviews et des conférences sur le thème de la fable du réchauffement planétaire, comme dans cette video.

    Mais dans l'édition actuelle, une sorte d'addendum surprend le lecteur en affirmant des positions assez contraires à l'esprit du livre.

    Etonnant, non ?