Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

réglementation

  • La réglementation, fossoyeur de la France

    C'est un mythe savamment entretenu : les entreprises françaises seraient les grandes bénéficiaires des nouvelles normes drastiques en matière d'énergie, de climat, de toxicité, de sécurité, que sais-je... Plus les normes sont drastiques, plus les produits sont de qualité, et donc vendables sur le marché international. Encore faut-il qu'il en reste à vendre !

    réglementation,écologie,alain lambertEn réalité, les normes sont devenues aujourd'hui le principal frein à la création d'entreprise et à la survie des malheureux entrepreneurs qui entendent montrer qu'il est encore possible de produire en France. L'exemple de ce producteur de jouets en bois du sud de la France est significatif. Suite à une demande de mise aux normes de la part de la DGCCRF (je ne sais plus quel est son sigle actuel), justifiée uniquement par la réglementation, cet entrepreneur envisage de cesser son activité qui dure pourtant depuis 27 ans.

    L'écologie est un modèle du genre : les normes pour la construction ont évolué de façon tellement drastique que les professionnels du secteur ont du mal à évoluer. Les cahiers des charges s'empilent, les contraintes financières aussi et la formation des personnels a du mal à suivre.

    réglementation,écologie,alain lambertDu côté politique, on marche sur la tête, évidemment. Obsédés par la recherche du consensus politique le plus vendeur, les politiciens agitent les idées et les bras avec véhémence mais finissent toujours par en demander encore plus, comme Alain Lambert qui trouve que la loi de 2012 sur les normes des bâtiments basse consommation doit être réécrite plus simplement (ouiiiii...) et plus drastiquement (et merde !).

    L'écologie, c'est comme l'Europe ultra-libérale : on sait que ça ne marche pas mais on en rajoute. Pendant ce temps, tout comme pour l'ultra-libéralisme, les banques qui ont misé à la baisse sur l'action Europe voient les emplois détruits, le tissus industriel saccagé, les savoirs-faire envolés et applaudissent des deux mains.