Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

total

  • Gaz de schistes : l'écologie n'a rien à voir

    Si tant est que l'écologie existe, la question des gaz de schistes et de la fracturation hydraulique ne sera pas réglée en France sur la base de considérations environnementales. La seule évaluation des réserves sur notre sol émane d'un rapport américain qui les estime à 51 Tm3. C'est vraiment n'importe quoi.

    gaz de schistes, Total, écolo, écologie, fracturation, hydraulique, gaz naturel, réserves mondialesEn effet, les réserves de gaz connues dans le monde sont de 190Tm3. Que le sol français en renferme l'équivalent de celles de l'Iran et du Qatar réunies, soit 30% du total mondial, relève de l'affabulation la plus... la plus commerciale ! Ce rapport américain est par définition destiné à promouvoir les marchés dans lesquels les leaders sont... américains, bien sûr. Il n'y a aucune garantie scientifique et objective sur ce chiffre.

    D'autre part, comme pour les pétroles non conventionnels, l'extraction de ces produits gaziers nécessite un surcoût inconnu à ce jour. En France, pour le pétrole, le gaz et le reste, la production locale restera chère et insuffisante. La France consomme environ 800 m3 par an et par habitant, soit un total de 48 Gm3 dont elle produit 0,8 Gm3 soit autour de 5%. Le gaz occupant 15% de notre consommation énergétique globale, on peut dire que le gaz français occupe aujourd'hui autour de 0,3% de notre consommation énergétique nationale.

    Ce n'est donc pas vers une révolution énergétique, vers un rétablissement de notre balance commerciale que l'on se dirige : transformer la structure de notre consommation en passant d'une production quasi nulle à une proportion significative dans une échelle de prix inconnue. Quel chef d'Etat responsable se lancerait dans une aventure aussi incertaine ? Il s'agit, maintenant, de relancer ce débat en postulant sur de nouvelles technologies. Mais qui assumerait les coûts de cette recherche dans un domaine où nous ne sommes pas leader ? Les Charbonnages de France ont été démantelés par Sarko en 2007 et ce n'est pas le domaine de recherche du BRGM.

    L'écologie n'a donc strictement rien à voir là-dedans. Les écolos se garderont bien de tout triomphalisme. Merci d'avance...